02 29 61 18 10

06 03 02 53 14

Image de diaporama
» » Crédit immobilier: première baisse en 3 ans du taux d'usure

Crédit immobilier: première baisse en 3 ans du taux d'usure

A compter du 1er juillet; le taux d'usure des crédits immobiliers sur 20 ans et au delà s'affiche en baisse.
Une première depuis 2021, avance la banque de France.

 

Le repli des taux d'emprunt à l'habitat se confirme pour les ménages. Signe de cette évolution, le taux d'usure pour les crédits immobiliers à 20 ans, calculé sur base des taux pratiqués au trimestre précédent, s'affiche en net recul. Vendredi, la Banque de France a annoncé une « baisse de 23 points de base » de ce seuil au-delà duquel les banques n'ont pas le droit de prêter.
Une première depuis  021 pour cette catégorie de prêts dont l'usure, à compter du 1er juillet et jusqu'au 1er septembre, s'établit à 6,16 %, contre 6,39 % pour le deuxième trimestre.
Un signal encourageant pour les emprunteurs : il faut remonter à avril 2017 pour trouver une baisse de la même ampleur, avance l'institution. Le niveau du taux reste cependant très élevé : au premier trimestre 2022, il ne s'élevait qu'à 2,4 %.

 

Taux plafond

Pour rappel, le taux d'usure est un taux plafond fixé par la Banque de France au-dessus duquel les banques ne peuvent faire de crédit. Il vise à protéger les emprunteurs de taux excessifs. Il permet aussi de lutter contre le surendettement et de préserver un large accès au crédit. Il encadre non seulement le taux de crédit pratiqué par la banque, mais plafonne aussi les autres frais d'un prêt immobilier, comme une éventuelle commission des courtiers ou l'assurance emprunteur.

Historiquement calculés tous les trimestres, les taux d'usure ont été exceptionnellement revus tous les mois en 2023. Face à l'envolée des taux d'intérêt, banques et courtiers jugeaient le système trop lent pour s'adapter au resserrement rapide de la politique monétaire. En clair, ils se retrouvaient dans l'incapacité de répercuter la hausse des taux sur les clients et de se dégager une marge. Les banques avaient alors progressivement fermé les vannes du crédit. Au global, de janvier 2023 à janvier 2024, la remontée des taux de l'usure a été rapide, de +270 points de base pour les prêts immobiliers de plus de 20 ans.

Redonner des marges

Fin 2023, face à la stabilisation des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE), « cette mensualisation exceptionnelle n'a plus lieu d'être désormais », plaidait la Banque de France. L'institution jugeait néanmoins le dispositif efficace : le calcul mensuel des taux d'usure « a permis aux banques de mieux accompagner la hausse des taux et leur a redonné une marge de manoeuvre plus large pour ajuster leurs barèmes », assurait-elle.

Si le taux moyen des crédits immobiliers est repassé sous la barre des 4 % au premier trimestre, à 3,99 %, selon les données de l'Observatoire CSA/Crédit Logement, la décrue tarde à se faire ressentir dans les autres catégories de prêts. « Les taux d'usure applicables aux autres catégories de prêts immobiliers (moins importantes en nombre et en montant) n'ont pas encore amorcé de repli », indique la Banque de France. « Celui relatif aux prêts à taux fixes d'une durée comprise entre 10 et 20 ans est stable à 6,13 % par rapport au trimestre précédent. »

 

Les echos Tiffen Clinkemaillé

01/07/2024